Cellules de donneur incompatible dans le traitement de la leucémie aiguë myéloïde

Titre officiel

Transfert adoptif de cellules alloréactives dans le traitement de la leucémie aiguë myéloïde-01 de pronostic sombre

Sommaire:

Le but de l’étude est d’évaluer l’innocuité et l’efficacité de la perfusion de cellules immunitaires provenant d’un donneur dans le traitement de patients atteints d’une leucémie aiguë myéloïde résistante à la chimiothérapie ou récidivante. Contrairement à la greffe classique de moelle osseuse ou de cellules souches, dans laquelle les donneurs sont « compatibles » avec le patient, l’étude fait appel à des donneurs dont les cellules immunitaires ne sont pas compatibles avec le patient. Lors d’une greffe classique de cellules souches ou de moelle osseuse, les cellules immunitaires compatibles attaquent les cellules leucémiques, mais aussi les organes du patient (état connu sous le nom de réaction du greffon contre l’hôte [RGH] qui peut persister longtemps). Nous posons l’hypothèse que les cellules incompatibles du donneur combattront les cellules leucémiques, puis seront éliminées de l’organisme du patient, de sorte que les effets secondaires à long terme tels que la RGH ne devraient pas se produire.

Description de l'essai

Critère d’évaluation principal :

  • Innocuité.
Critères d’évaluation secondaires :
  • Mortalité liée au traitement.
  • Mortalité sans récidive.
  • Incidence de la réaction du greffon contre l’hôte.
  • Durée des cytopénies.
  • Survie globale.
  • Rémission complète (RC) et rémission incomplète (RCi).
  • Survie sans récidive.

Le produit de thérapie cellulaire ATAC contient des cellules mononucléaires du sang périphérique non sélectionnées et non mobilisées provenant d’un donneur apparenté qui est incompatible avec le receveur au niveau de trois loci HLA ou plus (sur six). Des cohortes de trois patients seront traitées chacune par quatre doses prédéterminées (lymphocytes T par kg de poids corporel du receveur). L’ATAC est perfusé 24 à 48 heures après la chimiothérapie de réinduction (chez les cas de LAM récidivante ou primitive réfractaire non en rémission). Dans les situations où l’ATAC ne peut pas être perfusé immédiatement après la chimiothérapie de réinduction et où le patient obtient tout de même une rémission complète, l’ATAC est perfusé 24 à 48 heures après la chimiothérapie de consolidation.

Voir cet essai sur ClinicalTrials.gov

Intéressé(e) par cet essai?

Imprimez cette page et apportez-la chez votre médecin pour discuter de votre admissibilité à cet essai et des options de traitement. Seul votre médecin peut vous recommander pour un essai clinique.

Ressources

Société canadienne du cancer

Ces ressources sont fournies en partenariat avec Société canadienne du cancer